Organiser son projet de construction de maison neuve pour sa famille

Cette fois, vous êtes résolu : vous tournez en action ce vieux rêve de construire une maison. Un projet de cette envergure demande un minimum d’organisation : voici la check-list, pour vous en sortir sans casse.

Établir un plan de financement viable

Maîtriser parfaitement les dépenses engagées dans votre projet de construction est une condition sine qua non de sa réussite. Tâchez d’estimer au préalable les ressources qu’il vous est possible d’injecter. Parallèlement, établissez un état précis des créances qu’il vous faut encore honorer, tableaux d’amortissement à l’appui. Un aperçu clair de votre état d’endettement vous aide à apprécier les marges qu’il vous reste pour rassembler le financement nécessaire à la construction. Renseignez-vous sur l’éligibilité de votre profil à des subventions de type prêt action logement, prêt accession sociale, PTZ+, etc. Et puisque c’est une solution mobilisée par beaucoup de particuliers en cours d’avancement de chantier, il est utile de s’informer d’avance sur les modalités pour faire racheter son crédit immobilier.

Régler la question du terrain et du constructeur

L’acquisition du terrain à bâtir constitue une phase charnière de votre projet. Il faudra réussir à jongler avec de nombreux paramètres d’ordre économique, géographique, mais également technique et administratif. Vérifiez scrupuleusement les règles d’urbanisme qui s’appliquent au site que vous ciblez pour éviter certaines frustrations, en engageant le chantier. Soyez particulièrement vigilant en choisissant entre l’achat en lotissement et auprès d’un particulier. Dans ce dernier cas, il est possible que le terrain ne soit pas viabilisé : vous compterez donc parmi vos charges les frais et procédures requis pour sa viabilisation. L’idéal est de repérer au préalable le constructeur avec qui vous souhaitez collaborer et de l’impliquer dans la sélection du terrain. Tournez-vous de préférence vers un professionnel référencé dans votre département. Si vous envisagez un projet qui se conforme aux plus récentes normes, sélectionnez un professionnel justifiant de la certification adaptée.

Réaliser, suivre le chantier, réceptionner le bien

N’envisagez pas de vous tourner les pouces pendant la réalisation du chantier, même si elle est confiée à un professionnel. Plus vous vous impliquez dans les différentes phases de la construction proprement dite, moins vous risquez d’accumuler les déboires comme les travaux qui traînent, les mauvaises finitions ou pire, les abandons de chantier (voir ici les nombreux dossiers sur le sujet). Sachez, pour votre gouverne, que le déblocage des fonds à différentes étapes d’avancement des travaux est toujours précédé d’une visite sur terrain. Convenez donc, avec votre maître d’œuvre, d’un calendrier précis pour ces descentes et profitez de celles-ci pour recadrer les interventions au fur et à mesure, si le besoin s’en présente. Après réception de l’ouvrage fini, vous disposez encore d’un recours – valable jusqu’à 10 ans, pour certains aspects de la construction – si vous constatez des anomalies. Pour faire valoir ce droit, vous aurez préalablement pris soin de vérifier que votre constructeur et ses artisans détiennent respectivement une attestation de décennale en règle. Vous avez peut-être en tête de procéder plutôt à une auto-construction ? Si cela a l’avantage de réduire les frais sur de nombreux postes de dépense, il faudra faire preuve de la plus grande rigueur. Réglementations thermiques, conformité au plan d’urbanisme, installation aux normes des structures électriques ou de l’isolation, etc. Ce sont autant d’aspects requérant une haute technicité qu’il vous faudra contrôler par vos propres moyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *